Sa déesse

D’un saut de puce dans les broussailles, je piste la déesse. Sa pelisse prusse plisse sur sa cuisse, les caillasses crissent sous sa trace, très secrète, céleste, elle passe. Son souffle lisse sussure à l’ours assoupi des pensées salaces. Ses longs cils recèlent plus de ciel que le sable amoncelle de silice.